Retour vers la liste

Choisir le bon type de revêtement pour votre toit plat

20 septembre, 2017 par Multi-Prêts Hypothèques
Dans cet article
  • Le revêtement traditionnel
  • Les autres types de revêtements
  • Alternatives et innovations

Dans les centres urbains québécois, les toits plats sont très répandus et ont des besoins particuliers. Nous retrouvons en majorité le revêtement traditionnel d’asphalte et de gravier tel que l’on le connaît. Toutefois, depuis quelques années, des alternatives sont aussi disponibles.  

Le revêtement traditionnel

Les toits plats sont en grande majorité recouverts d’un revêtement à base d’asphalte et de gravier. Il s’agit d’un chevauchement de plusieurs plis de feutre bituminé sur lesquels on rajoute de l’asphalte liquide. On applique ensuite une couche de gravier pour protéger la toiture du soleil. Si votre revêtement d’asphalte et de gravier est en piètre état après quelques années, mieux vaut éviter de le recouvrir d’une nouvelle membrane. Il est plus avisé de repartir à neuf pour éviter que de l’humidité ne se coince entre l’ancien et le nouveau revêtement. La plupart des couvreurs du Québec abondent en ce sens. 

Les autres types de revêtements

La membrane de bitume élastomère

La membrane de bitume élastomère est une alternative plus récente, mais dont la popularité monte en flèche. Son élasticité procure un revêtement plus léger et résistant, ce qui est particulièrement avantageux lors de nos hivers québécois. Le granulat de ce bitume procure une plus grande protection contre les déchirures, les chocs et le rayonnement solaire.

Les revêtements synthétiques

Quant à eux, les revêtements synthétiques comme la membrane TPO, la membrane de PCV et celle d’EPDM ont une application monocouche assez intéressante.

Cela étant dit, mieux vaut passer outre les autres méthodes plus marginales de revêtements (polymères, silicone, acrylique, caoutchouc liquide, fibre de verre, etc.) Les toitures plates ont des particularités qui nécessitent une grande expertise et une main-d’œuvre fiable. Les options précédemment indiquées sont donc plus prudentes.

Le fait de recouvrir sa toiture plate de blanc est fortement encouragé, voire obligatoire, dans certains quartiers. Alors qu’une toiture conventionnelle au goudron absorbe le soleil et crée des îlots de chaleur, le gravier blanc ou très clair réfléchit la lumière et combat ainsi le surchauffement dans les grands centres urbains.

Avant de vous fixer sur un type de revêtement pour votre toiture plate, mieux vaut en distinguer les principales différences. Pensez à l’ampleur de l’installation, à la durée de vie, aux coûts et à l’impact environnemental. Pour vous guider, voici quelques faits saillants.

toit platcrédit photo : Toiture Unix

Le revêtement d’asphalte et de gravier

L’installation d’un revêtement d’asphalte et de gravier est peu commode, étant très bruyante et émanant des vapeurs toxiques. Un simple entretien saisonnier aidera à prolonger la durée de vie de la couverture d’asphalte et de gravier jusqu’à 20 ou 25 ans.

Le revêtement en bitume élastomère 

Quant à lui, le revêtement en bitume élastomère comprend une installation plus simple et rapide, mais elle comporte des risques d’incendie, étant installée à chaud. Il serait donc judicieux de vérifier si votre couvreur et vous êtes bien assurés à cet effet. De plus, ce type de toiture entraîne des coûts légèrement plus élevés que le revêtement d’asphalte et de gravier. Cela dit, sa durabilité varie de 30 à 35 ans, ce qui est considérable ! Enfin, les revêtements synthétiques coûtent peu cher et sont écoresponsables, mais leur installation nécessite une grande surface sans obstacle, ce qui est moins courant avec les toitures résidentielles. Aussi, leur entretien et leur réparation seraient moins propices aux grands froids et leur durée de vie est d’environ 5 et 17 ans.

Comme aucun système n’est universel à tous les bâtiments et à tous les besoins, il est primordial de faire affaire avec un expert en toiture. Bien entendu, il ne s’agit pas là d’une rénovation moindre. Pour tous vos travaux de grandes importances, discutez de financement avec votre courtier Multi-Prêts.

toit solaire Teslacrédit photo : Tesla Canada

Alternatives et innovations

Un toit végétalisé

Vous pourriez aussi opter pour une toiture végétale. Celle-ci est constituée de plantes résistantes, d’herbes ou de fleurs sauvages. Elle a comme avantage de retenir les eaux de pluie, de lutter contre les îlots de chaleur et de réduire la pollution atmosphérique. Toutefois, un toit végétalisé nécessite un bâtiment à la structure suffisamment forte et coûte très cher.

La toiture métallique 

La toiture métallique autre une autre alternative à considérer. Bien que sa production soit nocive pour l’environnement à court terme, il s’agit là d’un choix judicieux en ce qui a trait au développement durable. Les entreprises qui en font la pose parlent d’une garantie de 50 ans et d’une durée de vie pouvant aller jusque 150 ans. La pose de tuiles d’acier procure un toit excessivement étanche et résistant à notre climat, en plus de procurer un côté esthétique qui ajoutera à la valeur de votre propriété. Là où le bât blesse, c’est qu’une telle toiture entraîne des coûts élevés. C’est donc un pensez-y-bien.

Le toit Tesla

Enfin, l’éventuelle mise en marché de toits par la marque Tesla a fait couler beaucoup d’encre. Il s’agit d’une innovation excessivement intéressante. Les bardeaux solaires intégrés à la toiture pourront procurer de l’énergie renouvelable à votre résidence. Bien qu’en théorie ce projet s’annonce optimiste, force est d’admettre qu’il reste peu viable au Québec. Avec nos fortes tombées de neiges et la courte durée d’ensoleillement hivernale, le toit solaire Tesla ne saurait être profitable à sa juste valeur. Pourtant, il y a déjà une liste d’attente pour se le procurer. Si vous considérez la chose, sachez toutefois que le pied carré risque de vous coûter cher. À voir si les économies sur votre facture d’électricité en justifieront l’achat.

À retenir
  • Si votre revêtement d’asphalte et de gravier est en piètre état après quelques années, mieux vaut éviter de le recouvrir d’une nouvelle membrane.
  • Les toitures alternatives ont des particularités qui nécessitent une grande expertise et une main-d’œuvre fiable qui peuvent entraîner des coûts supplémentaires.
  • Comme aucun système n’est universel à tous les bâtiments et à tous les besoins, il est primordial de faire affaire avec un expert en toiture.