Retour vers la liste

La banlieue coûte-t-elle vraiment moins cher?

18 août, 2016 par Denis Doucet
Dans cet article
  • La banlieue coûte-t-elle moins cher que la ville?
  • Un immeuble locatif pour rembourser son hypothèque
  • Suivre ses aspirations
  • Vivre à la campagne

L’achat d’une propriété se classe assurément parmi les grandes décisions de vie. Pour certaines personnes, l’emplacement de leur futur lieu de résidence va de soi. Pour d’autres, une longue réflexion s’impose : s’installer en ville ou en banlieue? Chacune des options présente des avantages et des inconvénients, alors nous vous résumons quelques-uns des critères dont vous devez tenir compte avant de faire votre choix.

Une question de prix avant tout

Les propriétés situées dans les grandes villes sont la plupart du temps plus chères que celles se trouvant en périphérie, de même que les taxes municipales, ce qui pousse souvent les habitants des grandes métropoles à s’exiler en banlieue. Par contre, si une personne opte pour des moyens de transport en commun et communautaires (métro, autobus, Communauto, etc.), il en coûte à peu près la même chose de vivre en ville qu’à l’extérieur.  En effet, en plus des mensualités associées à l’achat d’un véhicule, il faut compter l’essence, l’entretien, les pneus et les assurances.On estime que la possession d’un véhicule moyen coûte d’un véhicule moyen coûte environ 10 000 $ pour 20 000 km, ce qui équivaut à une année de paiements pour hypothèque de 160 000 $ (selon un terme de 5 ans à 3,9 % et un amortissement sur 25 ans). Selon cette évaluation, si vous réussissez à vivre sans véhicule et que votre hypothèque vous coûte 460 000 $ en ville au lieu de 300 000 $ en banlieue, le budget serait presque le même.

Afin d’obtenir un revenu supplémentaire pour payer leur hypothèque, certaines personnes choisiront d’acheter un immeuble locatif. Cet engagement exige toutefois d’avoir l’âme d’un gestionnaire, car en achetant un duplex ou un multiplex, on accepte non seulement de vivre avec des locataires au-dessus de sa tête, mais aussi de répondre à tous leurs appels à l’aide : toilette bouchée, luminaire qui ne fonctionne plus, etc. Il faut aussi visiter les mauvais payeurs qui ne remettent pas leur loyer à temps, tout en maintenant des relations courtoises avec eux.

Une meilleure qualité de vie

Les gens choisissent souvent la banlieue pour la qualité de vie qu’elle offre : terrains plus spacieux, air plus pur, environnement plus calme, stationnement sur la rue… Toutefois, une grande propriété nécessite aussi plus d’entretien.

À l’inverse, les gens préférant la ville aiment la proximité de tous les services, les petites ruelles, la vie culturelle plus diversifiée, la possibilité d’emprunter un vélo à peu de frais et l’offre abondante de restaurants et de cafés. Le choix entre banlieue et ville est donc bien personnel et dépend surtout de ses goûts et de ses aspirations.

Les déplacements effectués tous les jours pour se rendre au travail influent également beaucoup sur la qualité de vie et font souvent pencher la balance vers l’emplacement du travail. Dans certaines situations, le problème des déplacements peut cependant être contourné en trouvant un travail plus près du domicile, en optant pour le télétravail au moins une partie du temps ou en modifiant l’horaire de travail de manière à éviter le trafic.

Et pourquoi pas la campagne?

De nos jours, les technologies de l’information permettent à plusieurs employés de faire du télétravail, ouvrant la porte à la possibilité de s’établir en campagne. L’occasion de changer de vie et de ralentir le rythme en devenant travailleur autonome est maintenant une option à la portée de plusieurs. Pour d’autres, il s’agit d’un magnifique projet de retraite!

À retenir
  • Sans voiture, il est possible d’économiser beaucoup si on habite en ville.
  • Les gens choisissent souvent la banlieue pour sa tranquillité et ses grands espaces, et la ville, pour son animation.
  • Les technologies permettent à de nombreuses personnes de vivre plus loin de leur lieu de travail.