Retour vers la liste

Comment diminuer ses dettes sans faire faillite?

10 mars, 2017 par Denis Doucet
Dans cet article
  • Budgéter et prioriser ses dettes
  • Consolidation de dettes et proposition du consommateur
  • Les erreurs à éviter 

Couple endetté

Le poids de vos dettes pèse lourdement sur vos épaules ?

Avec une bonne dose d’organisation et de révision de vos habitudes de consommation, il est possible de s’en sortir et d’éviter la faillite personnelle.

Sachez vous n’êtes pas seul, en 2016, le taux d’endettement des ménages canadiens a atteint un record à 168 %.  La première étape est de faire face à la réalité et de se prendre en main dès aujourd’hui. 

Voici quelques trucs pratiques et solutions pour échapper à la faillite.

Avoir un plan de match : budget et classification des dettes

Un budget est la boussole qui vous permettra de retrouver le chemin de la santé financière. Si vous n’êtes pas habiles avec les tableurs Excel, certaines applications pourraient vous simplifier la tâche. 

Les pires dettes sont celles à taux d’intérêt élevé comme les cartes de crédit. Par exemple, si vous avez un solde de carte de crédit de 1000 $ à un taux de 20 % et un solde de marge de crédit de 1500 $ à 10 %, il est préférable de rembourser la carte en premier même si son solde est inférieur. Ce sont parfois les plus petites dettes qui vous coûtent le plus cher !

Il demeure toutefois important d’effectuer tous vos paiements minimums mensuels. Une erreur fréquente est d’appliquer un gros remboursement sur une seule dette et de négliger le paiement minimum exigé d’une autre. 

Ne jouez pas à la cachette avec vos créanciers s’ils tentent de communiquer avec vous. Appelez-les si vous croyez ne pas pouvoir respecter vos obligations. Certaines institutions pourraient faire preuve de clémence ou accorder des délais sans nuire à votre dossier de crédit.

La consolidation de dettes

Cette option est peut-être encore à votre disposition si vous avez maintenu de bonnes habitudes de paiement et une cote de crédit au-dessus des seuils requis par les prêteurs. Elle consiste à regrouper toutes vos dettes de consommation en un seul prêt à un taux variant habituellement entre 8 % et 15 %. En plus de simplifier la gestion de votre budget, vos intérêts devraient normalement diminuer. 

Cependant, l’institution prêteuse demande généralement à ce que vous ne conserviez qu’une seule carte ou marge de crédit. Puisque votre consolidation a pour objectif de vous sortir de l’endettement, il est souhaitable d’avoir un accès plus restreint au crédit pour stopper l’hémorragie.   

Consultez notre calculateur de refinancement des dettes, un excellent outil pour autoévaluer votre situation. 

Augmentez vos revenus

Certes, c’est plus facile à dire qu’à faire. Mais on le rappelle, sortir de l’endettement demande inévitablement des sacrifices, que ce soit d’occuper un deuxième emploi ou de se départir de biens matériels. 

Avec l’économie du partage comme Airbnb il est également possible de dégager un second revenu. 

Évitez d’accumuler des montants dans des comptes d’épargne à très bas taux pendant qu’une dette de carte de crédit importante grimpe de l’autre côté. Cette épargne en vient à vous coûter de l’argent !  

Notez toutefois que tout dépend de votre situation particulière et des implications fiscales. 

Proposition du consommateur

En passant par un syndic, vous pouvez proposer aux créanciers un règlement final inférieur au total de la dette. Si la majorité d’entre eux acceptent, elle a aussi l’avantage de freiner les frais d’intérêt et de protéger vos actifs. Les conséquences peuvent être moindres que celles d’une faillite, il demeure cependant qu’il deviendra difficile d’avoir accès à du crédit pour une période de temps.   

À retenir
  • On doit regarder la réalité en face et être prêts à modifier ses habitudes de consommation. Le budget est un outil indispensable.
  • La consolidation de dettes a l’avantage de réduire vos frais d’intérêt et de simplifier la gestion de vos paiements.
  • La proposition du consommateur est une solution de dernier recours avant la faillite. 
Partager
Retour vers la liste